Top-partenaire
YasashiValoranMyHeroAcadémiaRWBY RPGCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActifCSSActif
Bienvenue !
Bienvenue dans l'univers de Fairy Tail !





 

essai 1 fiche

P
r
o
f
i
l
F
e
u
i
l
l
e
Messages : 67
Date d'inscription : 16/11/2015
Age : 23

Fiche
Test 1:
Mer 17 Aoû - 22:21







Soraka & Warwick
"Serait-ce un cauchemar ?"






La Belle et la bête

Il était une fois, dans un pays non loin de Ionia, dans un sublime chateau caché en plein coeur d'une forêt, un prince vivait seul après que ses parents aient trouvés la mort dans un accident diplomatique. Régnant sur son royaume avec force et ayant reçu que des bienfais de la vie, le prince, d'un égoisme et d'une grande insensibilité, ne laissait jamais son coeur dicté ses choix et ses valeurs. Ayant entendu la nature que peu tragique de ce prince, une vieille mendiante alla d'un pas décidée vers le chateau du prince. Cependant surprise par la pluie de l'hiver, elle demanda refuge au grand prince de ce chateau. Devant la froideur de cet homme, la pauvre femme lui proposa alors en échange une rose contre un abris pour la nuit. Habillé d'une vieille cape violet et d'un corbeau placé sur son épaule, elle tendait à se prince la dite rose en espérant la bienveillance de celui-ci. Malheureusement, saisi de dégout devant l'apparence hideuse de la vieile femme, le prince Warwick ricana à la vision du seul présent de la vieille femme et la chassa de son palais sans même daigner la regarder. Essayant de faire résonner le jeune prince, en lui disant d'une voix tremblante qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences et que la vrai beautée venait du coeur. Cependant, ne voulant en entendre d'avantage la vieille dame, il la repoussa une deuxième, mais la suite des événements ne tourna pas en sa faveur. Sous ses yeux grands ouverts, l'hideuse femme se transforma en créature enchanteresse et possédant une grande beauté. Sous la surprise de ce sort, il essaya de se faire pardonner par tout les moyens, se mettant même à genoux pour implorer son pardon, hélas il était déjà trop tard. Ayant vue que le coeur de cet homme n'était que sécheresse et froideur, elle le transforma en une bête hideuse, représentation de son coeur dépourvu d'amour et de sentiment, plongeant par la même occasion le royaume et ses occupants dans une profonde malédiction. Horrifié par l'aspect dans laquel la vieille femme l'avait transformé, le prince Warwick se terra dans les fins fond de son château avec pour seul vision sur l'extérieur un miroir magique. La rose qu'il avait refusé à la vieille dame n'était autre qu'une fleur enchanté qui ne se flétrirait que le jour de son 20ème anniversaire. Avant la chute de ce dernier pétale, la bête doit aimé une femme et se faire aimé en retour par celle-ci pour pouvoir brisé le maléfice. Dans le cas contraire où il ne trouverait pas au fond de lui la force d'aimer, il devra gardé l'apparence horrible d'un monstre pour l'éternité.

Plus les années passèrent, plus le prince perdait tout espoir de pouvoir un jour brisé la malédiction, il allait bientôt atteindre son 20eme anniversaire. Face au reflet de sa bestialité, une question envahissait son esprit... qui pourrait un jour aimé une bête dépourvu de d'émotion ?

****

Non loin de la forêt, à un heure à cheval plus exactement, se trouvait un petit village tranquille où régné le bon vivre. Habitant ce village, une petite famille y coulait des jours heureux, un père inventeur de génie et une jeune femme aussi belle que la lune en pleine nocturne. S'appelant Soraka, la jeune femme passait ses journées à dévorer des tonnes de livres, se plongeant plus que nécessaire dans des univers tout aussi différent les uns que les autres. Ce jour-là, Soraka avait décidée de sortir dans le village pour aller emprunter au libraire de nouveau livres, ayant fini ceux qu'elle avait emprunté. Il faisait bien beau, le soleil venait de se lever, les oiseaux chantonnaient et le village commençait à être en effervescence. Passant par un petit pont, elle arriva enfin au village et balançant légèrement son panier d'avant en arrière. Le boulanger marché dans les ruelles avec un plateau bien garnit, le poissonnier se faisait mettre un coup de poisson sur la tête, ne regardant pas sa femme, les vendeurs proposaient leurs meilleurs produits à des villageois remplit de joie. Les habitants de ce village, de son point de vue, lui était qu'étranger, en plus des ruelles qui pleuraient d'ennuie. Elle finit alors par arriver chez le bibliothécaire et regardait fascinée tout ses livres qui n'attendait qu'elle.

Bonjour, je vous rapporte le livre que je vous avez emprunté, je l'ai dévorée en une nuit...Vous avez quelques choses d'autres ?


Dit-elle en regardant dans les étagères si il y avaient des nouveautés.

- Depuis hier non ma cher enfant.


Souriante et restant accrochée à son échelle, la jeune Soraka haussa doucement les épaules et, comme si cela n'était pas si grave, réemprunta au libraire un de ses livres préférées, sous la surprise du libraire qui ne traîna pas à le lui dire en rigolant. Soraka était réellement dans son monde, entourée de livre et d'un passionnée de livre comme elle, la jeune femme adorait tout les livres parlant de cape et d'épée, entouré par la magie et maléfice. Devant la joie de la demoiselle, le libraire lui fit le plus beau cadeau qui la surprit, il lui offra le livre qu'elle venait d'emprunté avec une grande joie, mettant Soraka de bonne humeur et d'une joie non dissimulé. Reprenant alors sa route en se plongeant dans la lecture de son roman, récemment offert, Soraka ne faisait plus attention à ce qui l'entourait, sautant à la corde à sauter, évitant de se faire trempée et rencontrant un troupeau de mouton qui venait de lui manger un morceau de page. Rien ne pouvait déboussoler la demoiselle, à part peut-être l'apparition d'un jeune homme qui avait la ferme intention de faire d'elle sa femme, Varius. Ayant jeté son dévolu sur la plus belle femme du village, ainsi que la fille de l'inventeur fou, il ne pouvait s'imaginer un refus de sa part, étant sure que la demoiselle craquerait sous sa carrure d'apollon, comme la plupart des femmes de ce village. Aux yeux de Soraka, Varius n'était autre qu'une personne repoussante  et égocentrique, ne pensant qu'à sa propre personne et se moquant de son pauvre père. Le remettant à sa place en le grondant face à sa remarque, Soraka reprit sa route sous le regard de Varius surpris.

Arrivant finalement dans sa petite maison, Soraka fut surprise en entendant un explosion et, en descendant les marches, surpris son père dans un tonneau, à cotés de sa machine à donner l'heure tout en coupant du bois. Pour les villageois, il n'était qu'un inventeur fou et dangereux, mais aux yeux de sa seule fille, un père aimant et doté d'une intelligence non reconnu de tous. Aujourd'hui était un jour très spécial pour eux deux. En effet, son père allait participer à un concours de la meilleur invention, lui permettant ainsi de faire découvrir à d'autres personnes son génie et qui sait, devenir le meilleur inventeur de tout les temps. Après quelques réglages sur la machine, tout était fin prêt pour la suite des événements, c'est à dire, la foire. Scellant alors son fidèle destrier, Hecarim, il se mit alors en route vers la foire en laissant derrière lui Soraka dans un couché de soleil magnifique digne d'une fin de roman.

*****

Il était impatient de revenir avec le meilleur prix de la foire et enfin prouver au village sa valeur et son génie en tant qu'inventeur. Trottant alors avec son cheval vers le fameux village, les décors défilaient tous à un rythme lent et différents, passant d'une plaine parsemée de fleur, à un pont traversée par une rivière, et enfin à un début de forêt. Il ne faisait pas encore nuit lorsque Zilean avait quitté la maison, mais plus ils avançaient, plus les alentours devenaient de plus en plus sinistre, effrayant presque le cheval qui le guidait dans ce lieu. Regardant une carte qui avait l'air de montrer la bonne direction, ils arrivèrent prêt d'un embranchement montrant une partie de forêt moins dangereuse que l'autre. Malgré quelques réticences de ce cheval fougueu, le vieille homme finit par s'aventurer dans le coté obscure, s'affolant pour chaque bruits suspects. Cependant, le malheur arriva très vite et attaqué par des loups menaçant, Hecarim s'enfuit et le pauvre homme du chercher rapidement un endroits ou se cacher. Apres une courses effreiner dans la pluie et le froid, il trouva refuge dans un immense château dépourvut de vie et semblant abandonnée. Ouvrant la grande porte, il commença son avancer en regardant autour de lui et fut surpris de se retrouver nez a nez avec un chandelier parlant. Sursautant, il examina pour voir si il n'y avait pas des piles. Il s'agissait de Tresh, un ancien majordomme de la demeure transformer en chandelier et son collègue Zilean. Ignorant les paroles de l’horloger, le vielle homme suivit le chandelier avant d'arriver sur un siège et de s'y asseoir, profitant du feu...Soudain, un bruit strident ce fit entendre et les flammes disparurent, laissant place a une imposante silhouette s'avançait vers lui.